Livre Noir : La bombe de Marzouki

Mag14
L’annonce de la publication par la présidence de la République du «Livre Noir» consacré au système médiatique de Ben Ali a fait l’effet d’une bombe.
L’assainissement du secteur de la presse, l’une des principales revendications de la Révolution, est de nouveau sur la sellette.Et selon nos premiers éléments d’information, l’essentiel des archives présidentielles concernant les hommes des médias a été publié dans cet ouvrage, et même les journalistes entretemps recyclés dans les machines de propagande partisane, n’ont pas échappé aux filets du Livre Noir.
En clair, si quelques rares personnalités impliquées dans la corruption médiatique ont pu être épargnées, c’est tout simplement parce que les archives de la présidence de la République ne recèlent pas de preuves à charge sur leur compte.
Le cas échéant, il est clair que l’omission délibérée de certains noms constituerait un coup terrible à l’institution à l’origine de cette publication.
A noter que nos sources précisent que si certains ont pu se procurer une copie de l’ouvrage, imprimé sur les rotatives de l’Imprimerie Officiel, ce n’est que par le biais d’une inévitable fuite, et non par les canaux officiels.
Car le livre noir n’a pas encore été officiellement distribué.
Les critiques émises sur l’identité du directeur de la chaîne proche d’Ennahdha qui a révélé la diffusion prochaine du livre n’ont donc pas, a priori, et dans l’attente de vérifications plus approfondies, pas réellement de raison d’être.
A noter que l’on apprend également que les différentes listes qui circulent sur les réseaux sociaux ne sont en pas issues de cet ouvrage, qui n’en finit pas de faire parler de lui.
Et pour cause.
Lotfi Zitoun et le syndicat des journalistes Le problème posé par les tout-puissants médias benalistes n’a jusqu’ici été qu’un épouvantail agité au gré des rapports de forces du moment.
Lotfi Zitoun, l’homme qui a dans un premier temps réclamé à cors et à cris la reddition des comptes, a fini par exiger le silence quand Ali Laâridh, l’actuel chef du gouvernement à l’époque ministre de l’Intérieur, a affirmé vouloir clore le débat sur la question.
Officiellement, pour ne pas «perturber la quiétude des familles des coupables».Le Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT), dont certains représentants ont d’abord exigé l’ouverture des archives du ministère de l’Intérieur, a fini par éluder la question après avoir essuyé le refus du gouvernement.
Sauf que les initiatives du syndicat s’arrêteront là, dans une volonté proclamée de «ne pas diviser les rangs des journalistes». Quant à la justice transitionnelle, elle semble glisser sur la pente transactionnelle de moins en moins discrètement.
Passant par profits et pertes, la brûlante question de la reddition des comptes.
Mais une vie politique digne de ce nom, pourrait-elle se concevoir dans un environnement marqué par les allégeances rémunérées en sonnantes et trébuchantes?Pendant ce temps, le président de la République essuie à un rythme quotidien le feu roulant d’une critique trop souvent sélective, qui traîne dans la boue les uns, en réservant à d’autres des articles systématiquement dithyrambiques.
S’agiraient-il d’attaques préventives, destinées à discréditer d’avance, l’un des rares politiques qui a d’emblée affirmé sa volonté de remettre en cause le clientélisme et la corruption ? Et au-delà des errements de la présidence, de ses erreurs, et de ses approximations, ne faudrait-il pas plutôt saluer un geste qui répond enfin aux revendications de la révolution ? Mieux vaut tard que jamais L’initiative est certes tardive.
De plus, elle intervient dans un contexte marqué par la banalisation du benalisme, et même par le retour fracassant sur la scène politico-médiatique de ses symboles les plus criards.
Pis : les médias mauves ont depuis regagné presque tout le terrain perdu depuis le déclenchement de la Révolution, et paraissent que jamais dominer le paysage.
Et voici que la dernière bombe médiatique de Marzouki menace de remettre les pendules à l’heure.Paradoxalement, quelques voix s’élèvent, même parmi les opposants au Zabatisme, pour condamner l’initiative.
Mais aurait-il été préférable de se taire à jamais et de clore définitivement les dossiers noirs pour une question de retard accumulé ? Par ailleurs, qu’est-ce qui pourrait justifier de garder indéfiniment le silence sur ceux qui se sont enrichis sur le dos de la collectivité ?Mais les médias sont-ils les seuls incriminés ? Certainement pas.
Selon nos informations, la présidence de la République ne compte pas s’arrêter à ce seul ouvrage consacré au marigot de la presse tunisienne.
D’autres publications basés sur les archives du Palais suivront, et s’attaqueront aux autres secteurs gangrenés par la corruption.
Ce n’est donc que le premier épisode du feuilleton.
Moez El Kahlaoui
2013-11-29 22:13:36

Affaire vidéo, Moncef Marzouki interjette appel Ajouté le 29 Juillet, 2015 - 09:06  Non satisfaits de la décision du juge d’instruction près du tribunal de première instance de Manouba dans l’affaire de la vidéo montée, les avocats de l’ancien président Moncef Marzouki ont interjeté appel.Rappelons que le juge s’est dessaisi  de l’affaire pour incompétence territoriale...

Affaire Mahmoudi, Samir Dilou disculpe Moncef Marzouki Ajouté le 29 Juillet, 2015 - 10:02  L’affaire Baghdadi Mahmoudi va planer pendant longtemps sur la scène politique nationale.
Des accusations et des contre accusations fusent entre les alliés d’hier.
Dans une déclaration accordée à Shems FM, l’ancien ministre été porte parole du gouvernement de la troïka et actuel...

Samir Dilou a affirmé que l’ancien président de la République était contre l’extradition de Bagdadi MahmoudiCet article Tunisie - S.Dilou : « Marzouki était opposé à l’extradition de Baghdadi Mahmoudi » est apparu en premier sur L'Economiste Maghrébin.

Le dirigeant au CPR, Tarek Kahlaoui a affirmé, lors de son passage sur les ondes de mosaïque fm, que l’ex président de la République Moncef Marzouk, était au courant de la décision d’extradition de Baghdadi Mahmoudi, l’ancien premier ministre de Mouamar Kadhafi Kahlaoui a précisé en revanche que Moncef Marzouki n’était pas au courant de […]

Effet collatéral de la condamnation à mort du dernier Premier ministre de l’ère Kadhafi, Al Baghdadi Mahmoudi : L’ex-président de la République tunisienne, Moncef Marzouki, a taclé sévèrement l’ancien Premier ministre Hamadi Jebali en l’accusant d’être responsable de cette issue tragique en ayant livré Mahmoudi aux autorités libyennes.
Marzouki a fait cette déclaration...

T.Kahlaoui: Marzouki s'est opposé à l'extradition de Mahmoudi, des documents à l'appui Tarek Kahlaoui, dirigeant du Congrès Pour la République, a déclaré sur les ondes de Mosaïque FM de ce mercredi 29 juillet 2015 que l'ex-président de la République, Moncef Marzouki a contesté l'extradition de l'ancien Premier ministre libyen Baghdadi Mahmoudi jusqu'au dernier moment et que les...

Tarek Kahlaoui a rappelé que la décision officielle d'extradition de Baghdadi Mahmoudi et sa remise aux autorités libyennes avait été prise en Novembre 2011 Cet article T. Kahlaoui : « Marzouki n'a jamais accepté l’extradition de Baghdadi » est apparu en premier sur L'Economiste Maghrébin.

Ya moncef ya Marzouki tu me dégoûtesYa moncef ya Marzouki tu me dégoûtes 3arbi wa3tah el-bey 7san La limite entre la mauvaise foi extrême et la démence extrême tient quelques fois à une quinzaine de lignes . Je viens de lire tes quinze lignes… Un haut le cœur ! Ya moncef, La vie de Baghadadi Mahmoudi, quand il se lève le matin entre quatre murs mortellement silencieux...

L’ex-président tunisien Moncef Marzouki, a appelé ce jeudi 30 juillet 2015, lors d’un congrès tenu à Marrakech, le peuple marocain à soutenir la monarchie.
L’ex-président a estimé que la monarchie était le symbole de l’union nationale et de la stabilité.

’ééééèé’éààè’   ééààèéé’ééééééé’ééù   ’ééàééééê   éééé’’é’à é   ’é’éàéêôé’ééà’é’«ê’ééé’éé»’«àê’éé’éààéà»   é’ ééèééé«ô’é’…à»         souce: businessnewsCet article Pour Moncef Marzouki, la monarchie c'est bien en 2015 et c'est mauvais en 2012 est apparu...


Chargement...